Madagascar 2014: Happy End après Transition ?

Fruit d’un scrutin contesté en Décembre 2013, le régime de Hery Rajaonarimampianina accouche en Avril 2014 d’un premier gouvernement d’ouverture…

/SCRUTIN CONTESTE/
La transition malgache s’installe suite au renversement en Mars 2009 du président Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina – alors maire de la capitale Antananarivo – après trois mois de mouvements de rue et le ralliement de sous-officiers militaires au mouvement insurrectionnel.
Au bout de cinq ans de tractations politiques, le processus électoral sous l’égide des Nations Unies aboutit au scrutin couplé des législatives et du deuxième tour de la présidentielle le 20 Décembre 2013, officialisé le 17 janvier 2014 et donnant officiellement vainqueur avec 53,49% le candidat Hery Rajaonarimampianina -soutenu par le président de transition Andry Rajoelina- face à Jean-Louis Robinson –soutenu par le président déchu Marc Ravalomanana- crédité de 46,51% des voix : les résultats du deuxième tour, tenu en saison des pluies et marqué par une débauche de moyens du candidat officiel, sont contestés par l’opposition qui dénonce dans un premier temps des « fraudes massives ».

/MAPAR MAJORITAIRE/
Elu sur une candidature de remplacement et sans parti derrière lui, Hery Rajaonarimampianina choisit de négocier par « deals » en coulisse avec les principales forces politiques malgaches :
-en premier lieu, son concurrent Jean-Louis Robinson renonce à contester les résultats du deuxième tour, en échange d’une participation de la mouvance Ravalomanana –son principal « sponsor »- à un gouvernement d’ouverture ;
-ensuite, ses partenaires de propagande sont reconvertis en PMP – Plateforme de Majorité Présidentielle – pour créer ex nihilo un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale : la PMP ainsi constituée s’appuie sur un « noyau dur » de 40 députés et une trentaine d’indépendants alliés.
En face, le groupe MAPAR – qui regroupe 49 députés fidèles à Andry Rajoelina – fait un passage en force pour monopoliser les sièges du bureau de l’Assemblée : le 18 Février 2014, l’ex-ministre de la Justice, Christine Razanamahasoa, est élue présidente de l’Assemblée nationale avec 77 contre 69 voix, face à Jean-Max Rakotomamonjy, ex-ministre du Tourisme.

/COURSE A LA PRIMATURE/
En vertu de l’article 54 de la Constitution qui stipule : « Le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale », le MAPAR propose dans un premier temps Andry Rajoelina au poste de premier Ministre : mais celui-ci dénonce dans une conférence de presse fracassante le 21 Février la « trahison » du président Hery –suite au « deal » avec la mouvance Ravalomanana- et refuse la proposition.
Le MAPAR avance alors le nom de Haja Resampa – ex-SG de la Présidence de Rajoelina mais « peu coté » du point de vue des chancelleries – tandis que la PMP propose, en tant que nouveau « groupe majoritaire » autoproclamé, le nom de Jules Etienne (candidat non retenu à la présidentielle, par la suite nommé au ministère de l’industrie).
A coups d’artifices juridiques – remplacement de membres de la HCC (Haute Cour Institutionnelle), puis requête par 40 députés PMP d’invalidation de la première élection du bureau de l’Assemblée- le MAPAR se trouve déstabilisé, faute d’avoir au préalable statué sur le Règlement intérieur de l’Assemblée, avant de passer au vote lors de la première session du 18 Février.
De retour de son périple diplomatique et pressé par la communauté internationale, le président Hery nomme enfin le 11 Avril 2014 un outsider de 71 ans au poste de premier ministre en la personne du docteur Kolo Roger : celui-ci forme une semaine plus tard un gouvernement d’ouverture composé de 31 ministres – soit un peu moins que sous la transition qui comptait 34 postes ministériels- et présente le 09 Mai la Politique Générale de l’Etat malgache… en français devant l’Assemblée, fait interprété par les observateurs locaux comme un retour à la période néo-coloniale où des ministres français siégeaient au gouvernement de la première République, renversée suite au mouvement populaire de Mai 1972 !

/HYPER-PRESIDENCE/
Le feuilleton ne s’arrête pas là car le président du MAPAR, le député Maharante Jean de Dieu, a déserté ses ouailles pour rejoindre le poste de ministre de la Fonction publique au sein du gouvernement Kolo Roger.
Le bras de fer législatif entre MAPAR et PMP aboutit ainsi au vote d’un nouveau règlement intérieur suivi par l’éviction le 03Mai 2014 du premier bureau de l’Assemblée : dans la foulée, le candidat unique présenté par le PMP, Jean-Max Rakotomamonjy, est élu à la tête de l’Assemblée nationale à l’unanimité par 111 voix… en l’absence de 36 députés du MAPAR.
Au final, la procédure de désignation du premier ministre – pomme de discorde entre l’Assemblée nationale et le Président de la République – réhabilite de fait les règles du « régime présidentiel fort » ou « hyper-présidence », malgré les termes de la Constitution de la 4e République malgache tendant vers un régime « semi-présidentiel ». ou « semi-parlementaire ».
Le président Hery s’en explique lui-même dans une interview accordée à Navid Sivaramen de l’Express de l’île Maurice , le 30 avril 2014 : « Dans l’action, on ne se pose pas la question de savoir si c’est une démocratie semi-présidentielle ou semi-parlementaire. L’essentiel c’est qu’on a désormais un président qui est élu démocratiquement et il faut que ce président ait les moyens d’aller de l’avant, de travailler librement » […]« Pour cela, j’ai dû consulter, j’ai dû négocier avec différents partis pour rassembler un peu les idées, pour être suivi par la majorité des députés à l’Assemblée nationale comme le préconise la Constitution. Il a fallu que se dégage cette majorité absolue pour asseoir les principes précités. […]».
Donc… retour à la case départ comme avant 2009 : l’histoire de la République malgache est-elle un éternel recommencement ?
-13 Mai 2014- par Adygasy-systemD
(première publication le 14 Mai 2014 sur le site réunionnais zinfos974.com)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s